« Jésus sera toujours mon essentiel ! »

Par Tinah avec Harmino :
Nous avons passé une​ semaine bénie à Soalara avec les frères et sœurs qui sont venus de différents villages de la région.
mada
Le séminaire s’est déroulé du mercredi 6 décembre jusque dans la soirée du dimanche.
C’est une région qui vit de la pêche. Malheureusement les poissons se font rares à cause des gros bateaux de pêche étrangers…
La terre n’est pas fertile d’autant plus qu’il ne pleut pas. Ces derniers temps Les zébus, les chèvres et les poulets sont décimés par une mystérieuse maladie. La population vit dans  la miséré.
Par la grâce du TOUT PUISSANT, des frères en Christ ont pris en charge la nourriture. Autrement pas de séminaire ! Les pasteurs sont obligés de faire d’autres activités pour subvenir aux besoins de la famille si bien qu’ils ne peuvent pas vraiment s’occuper de la vie spirituelle des croyants. Le Seigneur les a encouragés à travers les enseignements.
Les sujets développés :
  1. La Parole de L’ÉTERNEL, la vraie richesse.
  2. Choisir de croire la Vérité
  3. Femme bénédiction, remplie de l’Esprit
  4. Se garder de l’idolâtrie
  5. Construire la relation parents/enfants
  6. Le rôle de la femme dans le couple (jalousie)
  7. Pardonner du fond du cœur
  8. Étape : de l’amertume au pardon
  9. Pourquoi les épreuves ?
Quelques témoignages :
« Un bon nombre de nos bêtes sont mortes et je ne pensais pas pouvoir venir mais dans Sa miséricorde le Christ m’a permis de venir. En venant, j’avais le cœur lourd mais maintenant je me sens légère. Je choisis​ de croire la vérité et d’agir en conséquence pour être une « femme bénédiction » pour ma famille, mon église et pour tous ceux qui me côtoient. Je comprends maintenant la réaction de mes enfants et je vais changer ma manière de les éduquer. »
Une femme du pasteur de Beheloka : « Jésus m’a choisie pour Le servir et quoi qu’il arrive IL sera toujours l’essentiel pour moi et je raisonnerai selon la Verité pour glorifier mon Dieu et aller au ciel. »
Une femme de Soalara : « Je devais partir à Toliara pour vendre mes poissons mais je suis restée et j’ai envoyé mes enfants. Il est vrai que je n’ai pas eu le gain espéré mais j’ai la conviction que je suis bénéficiaire car j’ai reçu la vraie richesse qui change mes priorités. »
Une femme du pasteur Antsirafaly : « Je sais maintenant quel est mon rôle en tant qu’épouse et mère. »
Une personne de Soalara : « Le séminaire a ravivé notre consécration. Les membres de l’église qui ne venaient plus ont tous assisté au séminaire qui a ranimé leur amour. Je suis très reconnaissant au Seigneur et je souhaite que la prochaine réunion se passe encore ici. »
Une femme de Beheloka : « Ma fille est malade et je ne pensais pas venir mais je me suis rappelé que la Parole guérit alors je suis venue avec elle et elle va mieux. »
L’année dernière, la sœur Sia, l’épouse du pasteur de Maromena est venue avec sa fille de 3 ans gravement malade. Elle ne pouvait même pas s’asseoir, l’assistance a prié pour elle et la sœur Isabelle l’a fait venir à Toliara où elle a été hospitalisée et, grâce à Dieu, elle est en bonne santé. Elle est maintenant, une fillette très vive. C’est ce qui a assuré à Sia l’amour de son  Créateur et l’a encouragée à assister à tous les enseignements.
received_987649721373056

La fille de Sia, l’année dernière.

IMG_20171208_081236

La fille de Sia, cette année !

Nos deux Timothée sont Pélagie et Christiane​, la femme du maire de Soalara.
Monsieur le Maire a suivi les formations.
Nous nous sommes installés dans l’église que nous avons quitté le lundi matin à l’Aube pour Saint Augustin en pirogue. Puis nous sommes rentrées à Toliara en camion.
Quelle joie et quel honneur de servir LE ROI des rois !

 

 

Publicités

Rencontres FDV : « J’ai des conflits familiaux pour lesquels j’entrevois déjà des solutions »

Par Ablawa BOKO :

La première réunion trimestrielle « FEMME DE VALEURS » a eu lieu ce samedi 4 novembre 2017. Une dizaine de femmes étaient réunies à la salle de formation de l’ONG JAFE BÉNIN pour un enseignement et des moments de bénédiction.

 « J’ai des conflits familiaux qui me causent d’énormes souffrances et j’entrevois déjà des solutions ! Alléluia ! ». C’est le mot laissé par Viviane, une participante à la première rencontre trimestrielle des FEMMES DE VALEURS (FDV) à Cotonou.

Elles étaient une dizaine à prendre part à cette séance. Elles ont exprimé leur entière satisfaction. On pouvait lire : « En tant que femme, je me posais quelques questions par rapport à ma relation avec DIEU. Ce module a répondu à mes attentes», un commentaire de Rose. Ou encore le témoignage de Claire qui dit ceci : « À travers ce séminaire, j’ai compris que j’ai encore du pain sur la planche. Cet enseignement a touché certains paramètres de ma vie et j’ai pris une décision radicale : travailler sur ma vie, demander la grâce de DIEU pour vivre réellement libre en Christ ».

L’ONG JAFE/EFF BÉNIN a initié ces rencontres trimestrielles « FEMME DE VALEURS » dans le but de former un groupe d’au plus 20 femmes qui bénéficieront de trois séances avec le contenu déroulé par Sylvine MECKENSTOCK à son arrivée au Bénin en avril pour le séminaire FDV. Ces femmes auront donc l’occasion de parler de la construction de la fausse identité, des forteresses et du pardon entre autres.

Le prochain rendez-vous est pour le 3 février 2018 avec le deuxième groupe de femmes de valeurs. En attendant, l’aventure continue avec ce premier groupe pour deux séances en vue en décembre et en janvier.

Merci pour vos prières !

fdv-cotonou.jpg

 

C’était vraiment merveilleux d’écouter les témoignages à la fin de la rencontre

Par Ruth :

Nous vous remercions pour vos prières !

La formation s’est très bien passée. Le Seigneur nous a fortifiés malgré la chaleur et la pluie qui voulaient nous déstabiliser, puisque nous avons dû travailler sous la bâche.

Nous sommes arrivées, à la fin de la formation, avec 17 mamans et nous avons remis 10 certificats à celles qui étaient présentes tous les jours. Le Seigneur a touché les femmes par les enseignements et c’était vraiment merveilleux d’écouter les témoignages à la fin de la rencontre. Quelques une nous ont remis leur témoignage par écrit.

Les mamans du groupe (nos « Timothée ») ont fait une belle expérience de pouvoir organiser une formation et enseigner elles-mêmes.
Ce fut vraiment une réponse à nos prières, puisque nous avions fait plus d’une année avec un groupe de mamans sans voir l’évolution. Maintenant, certaines qui étaient présentes au début, sont zélées et déterminées à travailler dans la mission.
Le samedi, alors que nous étions en train de clôturer  la formation avec 3 autres sœurs « Timothée », 3 de ces mamans ont décidé de faire une activité « Femmes de Valeur » chaque mois au Centre Biblique. Là aussi, c’était si bon !
12 femmes ont participé à la session 3. Dieu soit loué !

Le même samedi, 28 octobre, le groupe  FDV de Lubumbashi a réuni 59 femmes au Centre biblique pour enseigner la cinquième session  de VLC.
Le groupe FDV de Goma a réuni aussi 13 femmes et ont  enseigné sur les forteresses. Une sœur de Kinshasa a commencé d’enseigner dans sa famille. Une autre sœur de Goma enseigne dans sa cellule de prières. Elle a réuni hier 3 jeunes femmes qu’elle avait évangélisées pour continuer VLC  avec elles.
Je trouve que c’est un miracle de voir tout ce travail en faveur de femmes !
C’est aussi grâce à vos prières qui nous accompagnent. Nous sommes vraiment reconnaissantes pour vous devant Dieu, car qui pouvait imaginer qu’après 2 ans, un mouvement de « femmes libres en Christ » commencerait ici en RDC !!!

fdv-oct

Voici quelques témoignages :

Maman José :

« Dans cette formation j’ai bénéficié de plusieurs choses : j’étais liée et je cherchais comment me libérer.  Il y a des choses dans lesquelles j’ai vécues pendant longtemps, et grâce à ces enseignements je me sens libéré de ces fardeaux. J’avais de la difficulté à pardonner à quelques personnes que j’avais emprisonnée à cause de l’humiliation qu’elles m’avaient fait subir.  J’allais avec ces problèmes partout sans pouvoir me débarrasser de cela. Quand j’ai partagé avec Ruth,  je me suis sentie fortifiée et j’ai pu pardonner. Maintenant, je me sens en paix, je me sens sécurisée. Comme une femme ayant de la valeur en Christ, je dois vivre pour Christ.  Je vous remercie beaucoup et je bénis Dieu. »

 

Sœur Chimène :

« Je bénis Dieu pour cette occasion et cet enseignement » Vivre libre en Christ » qui m’a été si bénéfique. Toutes les sessions sont données avec beaucoup de versets.  Je me sens maintenant en sécurité, une femme de valeur qui appartient à Dieu. Je sens une grande joie que je n’ai jamais éprouvée dans ma vie et surtout la richesse des versets bibliques. Je sais maintenant comment marcher selon l’Esprit ou par la chair, comment agir face aux problèmes qui m’entourent, être pardonnée pour savoir pardonner. Je bénis Dieu et je vous remercie. »

 

Sœur Ancy :

« Le Seigneur m’a aidé à reconnaitre mes fautes, mes attitudes, mon indifférence envers mes parents. Le Seigneur m’a dit de pardonner chaque fois ceux qui m’offensent, d’aimer et de prier pour mes ennemis. Mais auparavant moi j’ai répliqué par une vengeance. Aujourd’hui je décide de ne plus le faire puisque je suis libre en Christ.
Ce matin avant de venir à la formation, j’ai demandé pardon à mon oncle. J’habite chez lui,  j’ai  demandé pardon pour tout le mal que je lui ai fait, sachant que cela peut se retourner contre moi puisqu’il est mon responsable. »

 

Maman Mado :

« Vu que j’ai perdu beaucoup de membres de ma famille, je vivait dans l’insécurité. Ces enseignements m’aident à croire que je suis en sécurité en Christ. »

 

Maman Odette :

« Je suis une servante de Dieu mais je n’avait jamais pardonné à la femme qui avait pris mon mari. Ils sont partis en Europe. Il m’a abandonnée avec un enfant. Oui, comme l’exemple qu’on nous a donné dans la session du pardon, si tu ne pardonnes pas à quelqu’un, tu te déplaces avec lui partout où tu vas, même dans le taxi sauf que tu ne paies pas son transport !!! Oui, moi je vivais et j’allais partout avec cette amertume. J’ai pardonné. Je m’en suis débarrassée. LIBRE EN CHRIST. Waouuh Gloire a Dieu ! »

 

Maman Lido :

« J’ai un enfant qui ne réussit pas à l’école. Alors je crie souvent sur lui  : « tu es bête, tu n’es pas intelligent, tu es nul ! » Même ses frère et sœurs à la maison lui répètent la même chose. Quand j’ai reçu l’enseignement sur les forteresses, j’ai compris combien j’ai fait souffrir mon enfant puisque j’ai constaté qu’il ne fournit plus d’effort, il ne fait plus ses devoirs. Il est découragé et il croit qu’il ne pourra jamais réussir, il veux tout abandonner.
J’ai lui est demandé pardon, je commence à l’encourager et l’enseigner ce qu’on a dit sur les forteresses. Je vais lui montrer toute la valeur qu’il a. »

 

Sœur Gisèle :

« Mon frère voyageait avec notre cousin. Ils ont eu un accident et mon cousin est mort. Les gens qui sont venus au deuil nous ont taxés de sorciers. Nos voisins, même aux yeux des membres de la famille, nous étions méprisés, humiliés et moi j’avais décidé de ne plus jamais m’intéresser à eux, de les oublier. Je ne  pouvais pas leur téléphoner, même s’ils ont des problèmes.
Avec la session sur le pardon, j’ai décidé de leur pardonner, je me sens libre, je veux reprendre contact avec eux. »

Plusieurs s’impliquent pour partager le message de la liberté en Christ

Par Ruth :

jewelry-947886_1280

Merci beaucoup pour vos prières en faveur du ministère « Femmes de valeur ». Nous nous sentons portées et le Seigneur a changé la vie de plusieurs femmes à partir de nos formations. Plusieurs s’impliquent aussi dans la mission pour partager le message de la liberté en Christ.

Nous avons maintenant 7 groupes de femmes à l’intérieur du pays qui s’organisent et donnent des enseignements. Nous espérons commencer les formations ATP avec les servantes de Dieu puisque nous avons constaté que, comme les serviteurs homme, les femmes ont les mêmes besoins dans leur ministère. Nous sommes en prières aussi pour cette proposition qui peut être bénéfique pour élever le niveau et encourager beaucoup de femmes dans l’œuvre du Seigneur.

Nous organisons une formation au Centre Biblique de Pascale à Kinshasa. Merci de prier encore pour cette formation qui commence lundi 23 octobre au 28 octobre.

Que le seigneur ouvre les cœurs et donne la liberté aux femmes qui seront présentes.
Nous serons avec Pascale et 3 sœurs « Timothée » pour les enseignements.

Un groupe de femmes va enseigner aussi au Centre Biblique Victoire le 28 octobre à Lubumbashi. C’est très beau de voir ces femmes se mettre à partager ce message. Nous avons reçu beaucoup de témoignages de vies transformées. Gloire à Dieu !

Nous vous demandons de prier pour ce mouvement de femmes. Qu’elles aient du zèle encore et encore et que nous puissions avoir accès à leurs églises pour enseigner les femmes.

Merci, que le Seigneur vous bénisse abondamment.

Affectueusement en Christ.

C’était une grande joie de travailler avec nos « Timothée !

Par Ruth :

Nous glorifions le seigneur pour la réussite de ce travaille auprès de femmes de Kisangani.

C’était une grande joie de pouvoir faire ce travaille en équipe. Nous étions ensemble avec la sœur Claire-Lise, moi-même, et nos 3 sœurs de Bunia : Chantal, Gode et Espérance.

Pendant les préparatifs de cette formation nous avons eu un problème de communication : il n’y avait pas de connexion internet. Nous n’avions pas prospecté avant et le frère Jean Rigobert, qui aurait bien pu nous aider, était en congé. Le Centre biblique était fermé, puis ensuite Jean R. était parti à Goma avec son épouse pour participer à une retraite la semaine précédant notre formation.

A son arrivée, avec quelques frères et sœurs qui ont  beaucoup aidé à faire circuler l’information en envoyant les invitations et en appelant aussi leurs connaissances,
le Seigneur a envoyé plus de 60 femmes qui ont bénéficié des enseignements.

Du vendredi 25 au 30 septembre , nous avons travaillé dans 2 lieux différents et 30 certificats ont été remis aux femmes qui avaient suivi la formation du début à la fin. Au premier endroit où nous avons été, 47 femmes étaient présentes, en majorité leader.
Parmi les participantes, quelques femmes avaient déjà suivi la formation en 2015. D’autres avaient partagé le message dans leur quartier et églises puisqu’en 2015 nous avions encouragé les femmes à faire des groupes avec un projet de restitution. Elles ont travaillé avec sœur Antho, épouse du frère Rigobert, comme responsable de ce groupes de femmes.

C’était une grande joie de travailler avec nos « Timothée !

Le deuxième endroit était le terrain de stage pratique pour les 4 « Timothée ». Cela se passait dans un nouveau quartier à environ 17km de la ville. Nous prenions des motos pour nous y rendre chaque après-midi. C’était la première fois qu’EFF donnait un séminaire dans ce quartier. Nous avions donc un groupe de nouvelles femmes entre 8 et 17.

Nous avons commencé par un travail d’évangélisation avec la première session. Dieu soit loué, quelques femmes ont accepté de prier avec nous pour recevoir Christ. La suite s’est bien passée. Elles ont aimé les enseignements et beaucoup étaient étonnées et disaient qu’elles n’avaient jamais compris la Parole de Dieu de cette manière là. Une maman a dit « Si on écoute bien ces enseignements, on peut devenir une femme sans autre dépendance, et dépendre de Dieu seulement. Vous nous enseignez  des choses que l’on ne nous a jamais dites à l’église ! »

Le dernier jour, lors des témoignages, elles ont mentionné que les 3 sessions qui les avaient le plus touchées étaient : l’identité, la foi et le pardon. 2 sœurs ont réalisé l’importance de parler du salut dans leur propre famille.  L’une d’elle disait « Nous vivons entourées de cadavres partout, les gens qui n’ont pas la vie de Dieu en eux. » Nous avons encouragé les femmes à annoncer la bonne nouvelle dans leur famille respective.

C’était pendant la saison des pluies, mais les sœurs venait même la sous la pluie. Elles était très attentives, très contentes. Elles ont pris ces enseignements au sérieux . C’était merveilleux d’entendre les témoignages des femmes après la formation !

La veuve d’un frère, qui était membre du commuté EF local, a été encouragée et nous a témoigné combien les enseignements qu’elle avait suivi dans la formation en 2015 étaient comme une préparation pour passer la période si difficile de la perte de son mari. Elle a pu pardonner les maltraitances de sa belle famille . Un appel a été fait dans le but de la soutenir aussi matériellement. Les sœurs lui ont apporté divers dons qui ont été une bénédiction et un grand encouragement pour elle et ses enfants.

Nous avons reçu beaucoup d’autres témoignages de liberté par la connaissance de la vérité. La décision de pardonner a fait beaucoup de bien à plusieurs femmes.
La formation s’est clôturée dans la joie et la gloire du Seigneur.

Le groupe de « femmes de valeur  » était encore encouragé. Quelques femmes ont rejoins le groupe pour continuer a enseigner.

Merci  beaucoup pour vos prières qui nous ont accompagné pendant ce travail. Nous croyons que le Seigneur continu le travaille avec nos sœurs qui ont encore besoin de nos prières pour demeurer dans la liberté et partager ce message autour d’elles.

Un week-end sous la grâce du Père

Par Sylvine & Anne-Lise :

C’est à Chexbres, en Suisse, avec une splendide vue panoramique sur le Lac Léman que nous avons passé un week-end de 3 jours sur le thème « Etre des femmes de valeur,  libres en Christ ». Onze femmes avaient répondu à l’invitation pour découvrir le désir de Dieu pour elles dans leur vie. Nous étions donc en petit nombre, ce qui a permis une grande liberté et une convivialité particulière.

Rien ne s’est passé comme prévu, ni comme habituellement. Bien qu’en Suisse, et non en Afrique, la première journée a été marquée par une panne électrique, ce qui signifie pas de chauffage, pas d’éclairage, et pas de vidéo-projecteur. L’électricité a été rétablie ensuite… dans une certaine mesure. Il n’était pas possible de brancher deux appareils simultanément sans faire disjoncter l’installation… le séminaire s’est donc déroulé bien plus sous forme d’échanges et de témoignages, que sous la forme habituelle d’enseignements, parfois à la lueur des bougies.

Nous avons posé tout d’abord les deux piliers sur lesquels reposait ce séminaire : l’amour, la bonté, et la grâce infinie du Père et la prière d’écoute par le Saint-Esprit.

Sylvine a longuement donné son témoignage qui a bouleversé les sœurs présentes et qui a laissé chacune dans un long silence de réflexion et d’émotion. Anne-Lise a ensuite introduit la précieuse « Prière d’écoute » en soulignant que l’on a souvent l’impression qu’il est difficile d’entendre la voix de Dieu nous parler mais que c’est à nous d’exercer nos oreilles. « Dieu parle tantôt d’une manière, tantôt d’une autre et l’on n’y prend point garde  » (Job 33 : 14).  Après quelques explications,  nous avons continué avec un exercice pratique : prendre un temps de silence chacune avec notre Père, pour lui demander :  » Pourquoi as-tu voulu que je sois là ce week-end à ce séminaire ? Qu’as-tu as me dire ? »  Nous avons continué avec un petit temps de partage, pour que celles qui avaient envie, sur ce qu’elles avaient reçues. Moments très riches…

Sylvine nous ensuite expliqué comment se construit notre fausse identité à partir de ce que l’on vit ou entend sur soi avec des exemples très parlants. Elle nous a parlé des familles dysfonctionnelles et de l’impact de cela dans nos vies. Nous sommes alors entrées dans une démarche de pardon après avoir joué la parabole de Mathieu 18 grâce au talent des participantes.  Elle nous a rappelé que pardonner signifiait délier, lâcher, laisser partir… après un moment silencieux et personnel, nous avons brulé les papiers rédigés et chargés de souffrance dans un moment particulièrement émouvant sur la terrasse face aux montagnes et lac Léman.

Le dimanche matin, nous nous sommes retrouvées pour le culte et le séminaire a repris par un exercice pratique de prière d’écoute introduit par Anne-Lise avec la question : « Comment tu me vois, Père ? ». Nous avons poursuivi l’après-midi sur la question de nos mécanismes de survie, ou comment nous réagissons avec nos comportements charnels. Nous avons abordé différents profils de personnalités avec leurs dysfonctionnements, et les richesses de ces personnalités lorsqu’elles sont renouvelées par l’Esprit de Dieu qui vit en nous. Nous avons mimé comment nous construisons des murs autour de notre cœur, qui brouillent notre relation avec Dieu et avec les autres. Nous avons ensuite eu une démarche très personnelle et silencieuse de confession dans l’amour du Père et l’acceptation de son pardon.

Le lundi matin, nous nous sommes encore retrouvées joyeusement pour partager cette dernière journée, après une soirée entre femmes remplie de joie et de fou-rires.  Nous avons démarré sur un moment de prière d’écoute amené par Anne-Lise à partir de versets bibliques et avons continué sur le thème de vivre et marcher par l’esprit dans une intelligence renouvelée des projets élevés de Dieu. Nous avons fini notre séminaire par ces forteresses que nous pouvons abattre et Sylvine nous a invitées et accompagnées dans une réflexion sur la prière du  « Notre Père » (Matthieu 6 v. 9-13) avec la richesse que ces versets recèlent.

De nombreux entretiens personnels et profonds ont accompagné ce séminaire riche, émouvant, sincère, élevé, joyeux dans le partage de l’amour du Père, de ses projets de vie abondante et de dignité dans notre identité en Christ pour chacune de nous.

Notre joie est immense pour tout ce que Dieu a fait pour nous et pour ces femmes. Nous croyons que cela va avoir un impact dans leurs vies, leurs familles, leurs églises et leur ministère…

Nous remercions aussi très chaleureusement Claire-Lise et Françoise qui se sont occupées avec générosité, dévouement et talent de toute la logistique.

Notre Dieu et Père nous a fait du bien par sa présence. Nous le louons pour sa présence au milieu de nous, pour son inspiration et le remercions de tout cœur pour le travail qu’Il a fait dans les cœurs de ces femmes.

Merci pour vos précieuses prières qui nous ont porté pendant tout ce week-end.

3 sessions de VLC à Tamatave – Madagascar

Par Tinah :

Le 18 août 2017 : Nous sommes à Tamatave, sur la côte est du pays.

Nous avons pu partager les sessions 1, 2 et, 5 de « Vivre Libre en Christ » (D’où suis-je venu ? / Qui suis-je maintenant ? / Notre choix au quotidien). Nous continuons jusqu’à dimanche…

 

 

 

 

 

Le 21 août 2017 : Nous avons fini le séminaire à Tamatave hier. Nous avons pris le car ce matin et nous passons la nuit à Mahanoro.

Dieu voulant nous prendrons le bateau demain matin pour Ambohitsar. Nous étions un peu déçues à Tamatave car il n’y avait pas autant de femmes que d’habitude mais elles étaient attentives.

Je remercie spécialement le Seigneur pour les quelques hommes qui sont venus. Ce n’est que maintenant qu’ils ont compris l’importance des formations et souhaitent qu’on revienne. Ils ont promis de mieux s’organiser et d’inviter de nombreuses personnes.

Nous avons pu partager quelques sessions de VLC, SPC et ASR puisqu’il y avait quelques jeunes. Une sœur, malade du cancer au pied, a été réconfortée et a pris la décision d’être zélée pour le Seigneur malgré son état. Voici sa photo :

 

Ceux qui ont assisté, ont tous reconnu qu’il faut partager ce qu’ils ont reçu aux autres.

Priez pour nous car le chemin est long et semé d’embuches. Nous savons très bien qu’IL est avec nous tous les jours !