C’était une grande joie de travailler avec nos « Timothée !

Par Ruth :

Nous glorifions le seigneur pour la réussite de ce travaille auprès de femmes de Kisangani.

C’était une grande joie de pouvoir faire ce travaille en équipe. Nous étions ensemble avec la sœur Claire-Lise, moi-même, et nos 3 sœurs de Bunia : Chantal, Gode et Espérance.

Pendant les préparatifs de cette formation nous avons eu un problème de communication : il n’y avait pas de connexion internet. Nous n’avions pas prospecté avant et le frère Jean Rigobert, qui aurait bien pu nous aider, était en congé. Le Centre biblique était fermé, puis ensuite Jean R. était parti à Goma avec son épouse pour participer à une retraite la semaine précédant notre formation.

A son arrivée, avec quelques frères et sœurs qui ont  beaucoup aidé à faire circuler l’information en envoyant les invitations et en appelant aussi leurs connaissances,
le Seigneur a envoyé plus de 60 femmes qui ont bénéficié des enseignements.

Du vendredi 25 au 30 septembre , nous avons travaillé dans 2 lieux différents et 30 certificats ont été remis aux femmes qui avaient suivi la formation du début à la fin. Au premier endroit où nous avons été, 47 femmes étaient présentes, en majorité leader.
Parmi les participantes, quelques femmes avaient déjà suivi la formation en 2015. D’autres avaient partagé le message dans leur quartier et églises puisqu’en 2015 nous avions encouragé les femmes à faire des groupes avec un projet de restitution. Elles ont travaillé avec sœur Antho, épouse du frère Rigobert, comme responsable de ce groupes de femmes.

C’était une grande joie de travailler avec nos « Timothée !

Le deuxième endroit était le terrain de stage pratique pour les 4 « Timothée ». Cela se passait dans un nouveau quartier à environ 17km de la ville. Nous prenions des motos pour nous y rendre chaque après-midi. C’était la première fois qu’EFF donnait un séminaire dans ce quartier. Nous avions donc un groupe de nouvelles femmes entre 8 et 17.

Nous avons commencé par un travail d’évangélisation avec la première session. Dieu soit loué, quelques femmes ont accepté de prier avec nous pour recevoir Christ. La suite s’est bien passée. Elles ont aimé les enseignements et beaucoup étaient étonnées et disaient qu’elles n’avaient jamais compris la Parole de Dieu de cette manière là. Une maman a dit « Si on écoute bien ces enseignements, on peut devenir une femme sans autre dépendance, et dépendre de Dieu seulement. Vous nous enseignez  des choses que l’on ne nous a jamais dites à l’église ! »

Le dernier jour, lors des témoignages, elles ont mentionné que les 3 sessions qui les avaient le plus touchées étaient : l’identité, la foi et le pardon. 2 sœurs ont réalisé l’importance de parler du salut dans leur propre famille.  L’une d’elle disait « Nous vivons entourées de cadavres partout, les gens qui n’ont pas la vie de Dieu en eux. » Nous avons encouragé les femmes à annoncer la bonne nouvelle dans leur famille respective.

C’était pendant la saison des pluies, mais les sœurs venait même la sous la pluie. Elles était très attentives, très contentes. Elles ont pris ces enseignements au sérieux . C’était merveilleux d’entendre les témoignages des femmes après la formation !

La veuve d’un frère, qui était membre du commuté EF local, a été encouragée et nous a témoigné combien les enseignements qu’elle avait suivi dans la formation en 2015 étaient comme une préparation pour passer la période si difficile de la perte de son mari. Elle a pu pardonner les maltraitances de sa belle famille . Un appel a été fait dans le but de la soutenir aussi matériellement. Les sœurs lui ont apporté divers dons qui ont été une bénédiction et un grand encouragement pour elle et ses enfants.

Nous avons reçu beaucoup d’autres témoignages de liberté par la connaissance de la vérité. La décision de pardonner a fait beaucoup de bien à plusieurs femmes.
La formation s’est clôturée dans la joie et la gloire du Seigneur.

Le groupe de « femmes de valeur  » était encore encouragé. Quelques femmes ont rejoins le groupe pour continuer a enseigner.

Merci  beaucoup pour vos prières qui nous ont accompagné pendant ce travail. Nous croyons que le Seigneur continu le travaille avec nos sœurs qui ont encore besoin de nos prières pour demeurer dans la liberté et partager ce message autour d’elles.

Publicités

Un week-end sous la grâce du Père

Par Sylvine & Anne-Lise :

C’est à Chexbres, en Suisse, avec une splendide vue panoramique sur le Lac Léman que nous avons passé un week-end de 3 jours sur le thème « Etre des femmes de valeur,  libres en Christ ». Onze femmes avaient répondu à l’invitation pour découvrir le désir de Dieu pour elles dans leur vie. Nous étions donc en petit nombre, ce qui a permis une grande liberté et une convivialité particulière.

Rien ne s’est passé comme prévu, ni comme habituellement. Bien qu’en Suisse, et non en Afrique, la première journée a été marquée par une panne électrique, ce qui signifie pas de chauffage, pas d’éclairage, et pas de vidéo-projecteur. L’électricité a été rétablie ensuite… dans une certaine mesure. Il n’était pas possible de brancher deux appareils simultanément sans faire disjoncter l’installation… le séminaire s’est donc déroulé bien plus sous forme d’échanges et de témoignages, que sous la forme habituelle d’enseignements, parfois à la lueur des bougies.

Nous avons posé tout d’abord les deux piliers sur lesquels reposait ce séminaire : l’amour, la bonté, et la grâce infinie du Père et la prière d’écoute par le Saint-Esprit.

Sylvine a longuement donné son témoignage qui a bouleversé les sœurs présentes et qui a laissé chacune dans un long silence de réflexion et d’émotion. Anne-Lise a ensuite introduit la précieuse « Prière d’écoute » en soulignant que l’on a souvent l’impression qu’il est difficile d’entendre la voix de Dieu nous parler mais que c’est à nous d’exercer nos oreilles. « Dieu parle tantôt d’une manière, tantôt d’une autre et l’on n’y prend point garde  » (Job 33 : 14).  Après quelques explications,  nous avons continué avec un exercice pratique : prendre un temps de silence chacune avec notre Père, pour lui demander :  » Pourquoi as-tu voulu que je sois là ce week-end à ce séminaire ? Qu’as-tu as me dire ? »  Nous avons continué avec un petit temps de partage, pour que celles qui avaient envie, sur ce qu’elles avaient reçues. Moments très riches…

Sylvine nous ensuite expliqué comment se construit notre fausse identité à partir de ce que l’on vit ou entend sur soi avec des exemples très parlants. Elle nous a parlé des familles dysfonctionnelles et de l’impact de cela dans nos vies. Nous sommes alors entrées dans une démarche de pardon après avoir joué la parabole de Mathieu 18 grâce au talent des participantes.  Elle nous a rappelé que pardonner signifiait délier, lâcher, laisser partir… après un moment silencieux et personnel, nous avons brulé les papiers rédigés et chargés de souffrance dans un moment particulièrement émouvant sur la terrasse face aux montagnes et lac Léman.

Le dimanche matin, nous nous sommes retrouvées pour le culte et le séminaire a repris par un exercice pratique de prière d’écoute introduit par Anne-Lise avec la question : « Comment tu me vois, Père ? ». Nous avons poursuivi l’après-midi sur la question de nos mécanismes de survie, ou comment nous réagissons avec nos comportements charnels. Nous avons abordé différents profils de personnalités avec leurs dysfonctionnements, et les richesses de ces personnalités lorsqu’elles sont renouvelées par l’Esprit de Dieu qui vit en nous. Nous avons mimé comment nous construisons des murs autour de notre cœur, qui brouillent notre relation avec Dieu et avec les autres. Nous avons ensuite eu une démarche très personnelle et silencieuse de confession dans l’amour du Père et l’acceptation de son pardon.

Le lundi matin, nous nous sommes encore retrouvées joyeusement pour partager cette dernière journée, après une soirée entre femmes remplie de joie et de fou-rires.  Nous avons démarré sur un moment de prière d’écoute amené par Anne-Lise à partir de versets bibliques et avons continué sur le thème de vivre et marcher par l’esprit dans une intelligence renouvelée des projets élevés de Dieu. Nous avons fini notre séminaire par ces forteresses que nous pouvons abattre et Sylvine nous a invitées et accompagnées dans une réflexion sur la prière du  « Notre Père » (Matthieu 6 v. 9-13) avec la richesse que ces versets recèlent.

De nombreux entretiens personnels et profonds ont accompagné ce séminaire riche, émouvant, sincère, élevé, joyeux dans le partage de l’amour du Père, de ses projets de vie abondante et de dignité dans notre identité en Christ pour chacune de nous.

Notre joie est immense pour tout ce que Dieu a fait pour nous et pour ces femmes. Nous croyons que cela va avoir un impact dans leurs vies, leurs familles, leurs églises et leur ministère…

Nous remercions aussi très chaleureusement Claire-Lise et Françoise qui se sont occupées avec générosité, dévouement et talent de toute la logistique.

Notre Dieu et Père nous a fait du bien par sa présence. Nous le louons pour sa présence au milieu de nous, pour son inspiration et le remercions de tout cœur pour le travail qu’Il a fait dans les cœurs de ces femmes.

Merci pour vos précieuses prières qui nous ont porté pendant tout ce week-end.

3 sessions de VLC à Tamatave – Madagascar

Par Tinah :

Le 18 août 2017 : Nous sommes à Tamatave, sur la côte est du pays.

Nous avons pu partager les sessions 1, 2 et, 5 de « Vivre Libre en Christ » (D’où suis-je venu ? / Qui suis-je maintenant ? / Notre choix au quotidien). Nous continuons jusqu’à dimanche…

 

 

 

 

 

Le 21 août 2017 : Nous avons fini le séminaire à Tamatave hier. Nous avons pris le car ce matin et nous passons la nuit à Mahanoro.

Dieu voulant nous prendrons le bateau demain matin pour Ambohitsar. Nous étions un peu déçues à Tamatave car il n’y avait pas autant de femmes que d’habitude mais elles étaient attentives.

Je remercie spécialement le Seigneur pour les quelques hommes qui sont venus. Ce n’est que maintenant qu’ils ont compris l’importance des formations et souhaitent qu’on revienne. Ils ont promis de mieux s’organiser et d’inviter de nombreuses personnes.

Nous avons pu partager quelques sessions de VLC, SPC et ASR puisqu’il y avait quelques jeunes. Une sœur, malade du cancer au pied, a été réconfortée et a pris la décision d’être zélée pour le Seigneur malgré son état. Voici sa photo :

 

Ceux qui ont assisté, ont tous reconnu qu’il faut partager ce qu’ils ont reçu aux autres.

Priez pour nous car le chemin est long et semé d’embuches. Nous savons très bien qu’IL est avec nous tous les jours !

Avant, elle subissait mais maintenant elle réagit avec les promesses de Dieu et elle est victorieuse !

Par Ruth :

Ma joie est grande de pouvoir partager avec vous les exploits que le Seigneur est en train d’opérer parmi les femmes par les femmes.

Les femmes du mouvement « FDV » (Femmes de Valeur) à Kinshasa, Kananga et Goma ont donné des formations et des activités qui ont bien réussi. Les participantes étaient très contentes et reconnaissantes pour la liberté qu’elles ont expérimenté à partir des enseignements VLC.

A Kinshasa les participantes étaient au nombre de 25, en majorité des leaders. Près de la moitié nous ont montré leur désir d’appartenir au groupe FdV pour partager le message autour d’elles.

A Goma, nous avions 20 participantes. Nous avons plusieurs témoignages de l’action de Dieu dans la vie de participantes, mais nous ne pouvons tout écrire…

En voici seulement quelques-uns :

Pendant la formation du 05 au 09 juin à Kinshasa, une Maman Pasteur disait après la session sur le pardon :

« J’ai toujours prêché sur le pardon mais je n’avait jamais compris à quel point ça me concernait aussi. Je boite en marchant car cela fait 30 ans maintenant que j’ai eu un accident.  Impossible de pardonner le chauffeur qui conduisait ce véhicule.  Aujourd’hui je comprends que je dois pardonner pour mon bien.  Il y a aussi des gens qui me devaient de l’argent et m’avaient escroqué et j’avais juré de ne jamais leur pardonner.  Aujourd’hui, j’ai écrit leurs noms sur le tableau noir en faisant le choix de leur pardonner pour ma liberté, ma communion avec Christ…»

Une maman disait que dans leurs églises, on dit que tout le monde est pécheur, on répète cela toujours. Cela me dérangeait puisque je faisais tout ce qu’il fallait pour vivre la sainteté mais on nous montrait que c’est impossible à vivre. Maintenant, j’ai l’assurance que je suis sainte.  Il se peut que je pèche, mais je suis fière d’être ce que je suis à cause de l’œuvre de Jésus.

Les participantes à l’activité de ce samedi 17 juin au Centre biblique de Pascale  sur « détruire les forteresses » ont été richement bénies par l’enseignement. Le moment de prières de renoncement, les témoignages… Vraiment cela a été un beau moment dans la présence du Tout Puissant.

Une femme disait qu’elle avait toujours peur de la mort quand elle prenait le médicament contre les ascaris ou amibes… elle ne pouvait pas dormir même chez elle, elle allait dormir en veillant à l’église cherchant un serviteur de Dieu qui lui impose les mains et prie pour qu’elle ne meurt pas. Elle était esclave de cette peur de la mort qui envahissait ses pensées.  Elle a renoncé à ce mensonge et à cru à la vérité. Elle est libre maintenant en comprenant qu’elle possède la promesse de la vie en Christ, elle croit à l’amour Dieu et au plan qu’Il a pour elle.

Deux autres  femmes, pendant la même activité de Pascale, ont rejeté les fausses prophéties, l’une disant que son fils allait mourir.  Elle a lu le verset de Jean 3 : 36 qu’elle avait retenu lors de l’enseignement précédent  «  Nous avons le Fils, nous avons la vie éternelle ».   Son fils a cru aussi  et est libéré de la peur de la mort.

La deuxième histoire c’est que le prophète lui avait prédit que Dieu ne pouvait plus lui donner quoique ce soit, même si elle priait, ses bénédictions étant passées pour elle. Elle devrait rester pauvre même si son fils l’aidait avant de mourir.  Elle a rejeté les mensonges, cru la vérité et est rentrée chez elle très joyeuse, disant que c’est Dieu qui m’avait envoyé ici.  « Je reviendrai et j’inviterai aussi les autres femmes… »

Maman Mimi, membre du groupe, nous a témoigné que toutes les fois qu’elle participe aux activités de FdV, une nouvelle chose s’ajoute en elle. A partir de ces enseignements sa vie a totalement changé, ses humeurs aussi, sa vie de famille, elle est maintenant pleine d’assurance et sent qu’elle avance. Ces 2 derniers jours, quand elle dormait,  il y avait un mauvais esprit qui venait l’étrangler et l’étouffer dans son sommeil. Elle a dit : «  Je crois et je sais que ma vie est caché avec Christ en Dieu » et l’esprit l’a lâchée. Avant, elle subissait mais maintenant elle réagit avec les promesses de Dieu et elle est victorieuse.

A Goma, le même samedi 17 juin : La vie d’une maman avait été bouleversée par les enseignements sur le pardon. Elle est libérée, heureuse et a même composé une chanson qu’elle chante quand elle rend son témoignage.

Gloire à Dieu ! Que toute la gloire revienne à notre Seigneur Jésus-Christ, Lui le Libérateur. Nous le louons !

Le Seigneur a libéré, consolé , fortifié la foi de beaucoup de participantes

Par Ruth :

Nous louons le seigneur pour le travail réalisé au sein des groupes  » femmes de valeurs » à la fin de ces mois derniers.

Dieu soit loué ! Les femmes de Goma, Kananga et Kinshasa ont fait des activités réunissant de nombreuses femmes. Le Seigneur a libéré, consolé , fortifié la foi de beaucoup de participantes.

Merci beaucoup pour vos prières en faveur de « Femmes de Valeur » ! C’est une grande joie de voir ces femmes commencer à annoncer ces merveilleux messages autour d’elles.

Merci de nous porter encore dans vos prières pour la formation VLC/ Femmes, qui commence lundi 5 juin et jusqu’au 9 juin avec la sœur Pascale et 3 autres femmes du groupe.

Prions que le Seigneur libère beaucoup de femmes, qu’Il nous renouvelle et nous fortifie pendant cette semaine. Nous demandons aussi à Dieu de nous envoyer d’autres femmes pour renforcer notre équipe de Kinshasa pour la mission.

Merci pour  l’intersession, Dieu est fidèle et n’oublie pas votre amour pour son oeuvre.

Affectueusement en Christ.

Les femmes de Kanangafdv-kananga

Les femmes comprenaient, pour la première fois, leur identité en Christ !

Par Ruth :

Du 15 au 20 mai : Formation « Vivre Libre en Christ » – Femmes de Valeur à Lubumbashi

Nous sommes dans la joie de vous faire part de ce que le Seigneur notre Dieu a fait parmi les femmes de Lubumbashi.  C’est bien difficile de tout décrire puisqu’Il agit au delà de nos capacités et de notre compréhension.

Nous avons fait un bon voyage. Le comité EFF m’a accueillie avec beaucoup de joie et avec le groupes « Femmes de Valeur », ils ont organisé la formation.

Dès le deuxième jour, le Seigneur nous a fait du bien avec les témoignages de quelques femmes qui comprenaient pour la première fois leur identité en Christ.

Le nombre de femmes participantes n’a fait qu’augmenter au fil des jours.  Nous avons commencé avec 24 femmes et terminé avec 41 femmes.

Les sessions sur le pardon et les forteresses ont aidé plusieurs et nous avons passé de beaux moments de prière, guidées par les étapes vers la liberté.

Quelle joie de travailler avec nos sœurs : Bijou, Lætitia et Mamie qui ont si bien enseigné avec conviction et autorité. Je suis si  heureuse de réaliser que Dieu ajoute des femmes leaders pour la mission car c’est notre prière.

Chaque jour après la formation, un groupe de 22 femmes prêtes à restituer les enseignements,  restait pour les explications sur la vision, sur l’organisation des réunions… Ainsi nous avons pu les encourager dans l’œuvre.

Nous croyons fermement que le travail du groupe FDV va bien continuer à Lubumbashi avec le suivi de nos sœurs membres du comité.

 

Quelques témoignages de femmes :

 

 Maman Maguy

« C’est avec la session sur le monde que je comprends que nous avons péché, moi et mon mari, quand j’ai eu mon premier fils. Mon mari devait faire comme notre coutume l’exige : c’est à dire, la nuit, il enlevait tous ses habits et devait sauter sur l’enfant étalé par terre en prononçant des paroles. Il  s’était repenti, mais je lui ai dit de penser à ce que cela a fait dans la tête de notre enfant. Nous avons décidé d’aller prier avec le serviteur de Dieu pour notre enfant. »

 

« Je pardonne à la fille qui habitait chez moi. J’ai bien pris soin d’elle mais elle a volé les bien de ma maison pour les ramener chez elle. Je l’avais ramenée chez elle, puis ensuite elle est tombée enceinte et a propagé la nouvelle que mon mari l’avait violée.  Ensuite elle disait que la grossesse était de mon petit frère… Cela a engendré de terribles conflits dans nos familles. Imaginez de telles histoires dans la famille d’un pasteur ! J’étais très en colère… Ce message m’a permis de lui pardonner et de retrouver ma joie. Elle a accouché et je vais lui acheter une carte et quelques cadeaux pour prouver que je lui pardonne. Gloire à Dieu ! »

 

« Je suis parvenue à pardonner à un collègue de service qui a mal parlé de moi et a sali ma réputation. Cela m’avait troublé pendant un temps.

Le Seigneur a permis que la personne me demande aussi pardon. Dieu est vraiment bon, Lui qui met en nous le vouloir et le faire. »

Quelques femmes ont écrit leurs témoignages :

 

  Maman Chantal : 

« Cette formation me pousse à lire la bible et à prier. Cette parole me fortifie et me donne le courage d’avancer dans l’œuvre de Dieu. »

 

Maman Rosalie :

« Je bénis L’Éternel notre Dieu de m’avoir offert l’occasion de participer à cette formation qui m’a beaucoup instruite tant sur le plan spirituel que social… Cette formation m’apporte la lumière. J’étais ignorante sur les forteresses. Je loue Dieu car Il m’a ouvert l’esprit. »

 

Maman Ruth: 

« Je comprends que Dieu est mon Père et je ne peux pas demander de devenir ce que je suis déjà. Je ne comprenais pas comment un chrétien pouvait être lié, aussi les 3 changements opérés par l’œuvre de la croix et comment je dois gérer mes émotions, Les séances du groupe m’ont aidée à comprendre aussi comment je dois être équipée pour la mission. »

 

« Mon amie m’a invitée à assister à cet enseignement. J’ai compris qu’elle était sur une bonne voie.  Moi, Nelly K. je choisis cette même voie pour le salut de ma vie et la vie de mes enfants et de ma famille. Je demande à Dieu de m’aider à persévérer dans sa voie et dans sa Parole et que ma vie change au nom de Jésus Christ Seigneur. »

 

Maman Mado :

« J’avais des blessures intérieures suite aux problèmes que j’avais rencontrés à une certaine époque de ma vie. Cela avait constitué une barrière dans mon avancement spirituel. Suite à cette formation, gloire soit rendu au Seigneur, j’ai pu m’en défaire et être capable de pardonner du fond du cœur et reprendre de nouveau l’élan et le zèle que j’avais pour les choses de Dieu. »

 

Maman Musau :

« Cette formation m’a beaucoup édifiée parce que je n’étais pas en mesure de comprendre la Parole de Dieu. Maintenant je peux méditer et comprendre sans aucune difficulté, grâce à cette formation. »

 

Maman Olga :

« Que la gloire revienne à Dieu qui est le Maître du temps et des circonstances.

La formation d’EFF a été pour moi une clef de renouvellement de l’intelligence et m’a aidé à connaitre ma vraie identité en Christ. Jean 8:32, Romains 8:1

Que Dieu bénisse EFF et vos familles. »

 

Maman Marthe :

« Cette formation m’a beaucoup aidée. J’avais peur dans tout ce que je faisais : Peur de devenir un cas désespéré, peur de commettre un péché impardonnable, peur de ne pas me marier comme les autre filles et cela me faisait mal au cœur, peur de mourir, peur de l’avenir… Aussi j’ai renoncé à toutes ces peurs, je suis libre et sainte en Christ !

Cela apporte le changement dans mon comportement et ma façon de prier Dieu mon Père. »

 

Maman Françoise :

« J’étais une femme en colère tout le temps. Chaque fois je me chamaillais avec mon mari dans la chambre, ensuite je me sentais triste, je pensais que ce mariage n’était pas vraiment ce que Dieu avait préparé et j’ai toujours su qu’un jour je retournerai chez mes parents. Mais quand maman Ruth nous a parlé du divorce, avec l’exemple du verre de lait qu’on doit pas casser à cause d’une mouche, cela m’a vraiment aidée. Je comprends que mon mari est mon amour, le père de mes 2 enfants.  Je ne peux plus divorcer, je désire plaire à Dieu dans ma façon de marcher, de parler, ainsi dégager un parfum de bonne odeur. »

 

 

C’était beau de voir la lumière de Dieu éclairer ces femmes

Par Ruth :
Je suis bien arrivée à Lubumbashi dimanche à 12h30. J’ai été très bien accueillie par les membre du comité, le couple du frère Emmanuel ainsi que la sœur Bijou.  Je suis logée chez Bijou, vous pouvez vous imaginer combien je suis bien avec elle…
Hier lundi, nous avons commencé la formation avec 24 femmes en majorité leaders. Elles ont suivi les enseignements avec beaucoup d’intérêt.
 A la fin de la deuxième session, une femme a témoigné avec joie : « Je sais maintenant où je suis, assise dans le lieu céleste en Christ, c’est là que je dois me ressourcer, non dans le monde. »
C’était beau de voir la lumière de Dieu éclairer ces femmes par ce beau message, elles étaient toutes contentes.
Je suis très encouragée de voir les femmes revenir suivre la formation, surtout celles qui sont dans le groupe FDV.  Nous avons demandé à celles qui veulent redonner la formation de se joindre au groupe FDV, comme nous avons programmé le travail avec le groupe pendant 30 minutes chaque jour.
Nous avons parlé du fondement, la direction et l’action pour les pousser à être déterminées à aller plus loin dans la mission selon la direction de Dieu. Elles ont besoin d’être encouragées, de connaître la vision… C’est  le travail que j’essaie faire afin qu’après mon passage,  ces sœurs puissent entrer en action.
Merci pour vos prières !